Un jour sur le Tour

Profitant d’une semaine d’entrainement intensif de vacances en montagne, je me suis retrouvée à l’insu de mon plein gré sur le parcours du Tour de France (cycliste, précisons-le).

P1020776

Parce que c’était mon dernier jour, que j’avais escaladé tous les cols que j’avais pu et parce que je n’y suis jamais allé en montagne, j’ai décidé d’assister au passage des pros.

Mais comme d’habitude, au dernier moment, à l’arrache.

    

La journée commence à 8h ; après un bon petit déj me voilà partie sur ma bicyclette ne sachant pas encore trop quoi faire (un entraiment ? assister à la course ?) du fait d’une météo incertaine. Chemin faisant et mal aux fesses aidant, je me suis rabattue sur une sortie plutôt cool (oui ça m’arrive) direction Argelès-Gazost. Arrivée là, il est 9h et oh mon dieu, déjà la (relative) foule, la garde républicaine et tout le bazar…

P1020747

Du coup réfléchissant et regardant d’un œil plus rassuré le ciel, je me dit que tant qu’à faire, autant arriver tôt et me placer à un endroit stratégique (c’est à dire avec un abris possible).

M’ayant hissé jusqu’au sommet d’Hautacam la veille, j’avais bien une idée de la difficulté, de la vue, et surtout je n’avais pas les jambes pour grimper bien haut.

A 1km du bas me voici m’arrêtant à l’endroit parfait : l’ombre d’un lavoir (abris), proche d’une fontaine (eau potable), à l’entrée du village (nourriture à proximité). Il était donc environ 9h30 et à partir de ce moment j’ai assisté, 5h durant (c’est fou ce que le temps passe vite en vacances) à la longue procession des spectateurs grimpant la route à la recherche de l’endroit parfait.

J’ai vu de tout ! Des familles à pied, à vélo, les enfants tractés par les parents, des cyclosportifs qui montaient vite, des cyclosportifs qui montaient moins vite, des touristes qui sortaient le vélo pour l’occasion. Des gens (qui semblaient) autant à l’arrache que moi, mais surtout, surtout, beaucoup de gens très organisés avec l’attirail complet : pique-nique au frais, sièges, chapeau, matériel de supporters… et sourire au lèvres.

P1020770

Les champions de l’organisation sont malgré tout le petit village mobile que j’ai pu traverser la veille au cours de l’ascension : camping cars, tentes, buvettes, sono… tout est éphémère et pourtant tout est bien rôdé. Puisqu’il était environ 13h j’ai pu assister à des pique nique classiques (sandwich), consistants (tartiflette ?), typiques (pâté –vin rouge), liquides (bière – bière)…

Progressivement les abords du lavoir se sont peuplés, de couples avec poussettes, d’italiens qui m’ont parlé en italien, de bretons qui m’ont parlé vélo. Et du gendarme qui était sans doute là bien avant tout le monde et qui verra la route se vider le soir même. Celui–ci doit un peu maudire les VIP, invités et autres privilégiés qui montent et qui descendent en voiture, jamais à plein dans leurs beaux véhicules, et qui ne font même pas semblant de freiner lors d’un passage étroit.

A midi j’ai eu faim, j’ai fait 10m pour trouver un sandwich bout de pain à 5€ et je suis revenue m’asseoir au même endroit.

A 15h, la foule est bien et depuis longtemps installée, et l’animation monte d’un cran avec l’arrivée de la caravane publicitaire. C’est la jungle, l’euphorie chez les enfants, mais aussi chez certains adultes… c’est fou ce qu’un bob rouge et blanc peut prendre de la valeur ! Je suis pour ma part en pleine discussion avec un breton qui a profité comme moi d’une semaine de vacance pour faire les cols environnants, donc je suis à l’abris de me faire rouler dessus / arracher la main.

Et voilà, une demi heure plus tard l’allégresse retombe, on comptabilise sa récolte, on échange, on se replace plus confortablement, et on guette les infos. « Les coureurs sont en bas du Tourmalet » nous informe quelqu’un.

Le signal d’alarme c’est l’hélico, qui suit à la trace les coureurs. J’ai dû avoir le privilège ultime de passer en direct sur France Télévision puisqu’il s’est un moment arrêté au dessus de nos têtes (bon, ma maman devant son poste n’a pas confirmé, j’aurai dû lui faire coucou). Voici une bonne quinzaine de motos, 5-6 voitures, et deux cyclistes, enfin ! Qui passent en 2,15 secondes devant nous. Puis rebelote avec un petit groupe dans lequel figure le maillot jaune. (Bizarre, j’ai cru voir une pente à 8%… la foule a peut être tassé la pente…). Quelques lâchés, un petit gruppetto…. et la voiture balai ! MAIS… C’est tout ? Je suis restée en autarcie une semaine, peut être que le Tour a été décimé, j’ai vu à peine une soixantaine de coureurs ! En 20 minutes ! (J’apprendrai plus tard que non, ils sont au moins 150 à avoir rallié Paris.. étrange…)

P1020821

Vite vite les coureurs sont passés, maintenant il faut redescendre… le seul petit kilomètre monté prend des airs de pèlerinage : une vague humaine, descend de la montagne à cheval à pied ou en vélo mais tous sont à la même allure et dans la bonne humeur, pour retrouver leur voiture dans la vallée. A cet instant deux petites pensées : mais à quelle heure vont rentrer les gens qui sont tout en haut (13km) ?? mais à quelle heure le gendarme va-t-il pouvoir quitter son poste ?

P1020823

Bref, moi et ma bicyclette avons fendu tant bien que mal, et retrouvé nos routes plus propices au pédalage. Une remontée sur Luz Saint Sauveur, qui clôture cette semaine de sport par un goût un peu bizarre que me fait dire : le Tour ? Tout ça pour ça….

P1020754

Into the wild (mais pas trop)

Voici quelques mois je me suis dit : « tiens, et si je participais à la cyclosportive réputée la plus dure au monde ? ». Décision plutôt vite prise, mais pas encore regrettée.

Raid VTT de 3 jours : fait. Semaine dans les Pyrénées à plus de 8000m de D+ : fait. Cyclosportives pour gagner du rythme : faites aussi. Le parcours est étudié, la défaillance attendue (en espérant qu’elle arrive dans le dernier kilomètre !).

Maintenant place à l’affûtage et à la prière, car chaque sortie s’accompagne d’un mal de jambes carabiné durant les premières (longues) minutes. L’effet diesel est à son maximum, et le moral est plutôt : vite, vite que ça arrive pour se relâcher un peu.

Quant aux douleurs mal placées… passons, mais les heures de selle ne font pas que du bien !

Bref, cette préparation m’a permis de vivre une nouvelle aventure : le raid vtt.

Sur 3 jours, avec 200km d’effectué et 4800m de D+. Ca c’est pour les chiffres. Mais le raid vtt c’est aussi :

  • des nuits sous la tente où l’on entend les voisins comme s’ils dormaient vraiment, mais VRAIMENT, tout à côté (et c’est fou ce que le vttiste mâle se déplaçant en troupeau peut revenir à l’état primaire).
  • des réveils où la première chose que l’on regarde c’est la météo. Pour peu qu’elle soit maussade, et c’est peu de le dire, la deuxième pensée va aux chaussures qui n’ont pas eu le temps de sécher durant la nuit (même si ce n’est qu’un court moment désagréable, cela suffit à ressentir une grosse perte de motivation).
  • des départs où OH MON DIEU ce qu’une selle de vélo peut être dure par moment !
  • des sorties où l’on se croit seul(e) au monde : rien devant, rien derrière. C’est la magie du VTT : personne en vue, et pourtant au moindre arrêt les gens se retrouvent et s’entraident.
  • des méchantes côtes, droites, boueuses ou pentues (ou les trois) que les organisateurs ont gentillement baptisé (souvenir bien vif de la Côte du Mérite, la bien nommée).
  • un retour sous l’orage, mais l’avantage c’est qu’il n’y avait personne au lavage vélo. Forcément, c’était lavage partout pour tout le monde !
  • des douches collectives, mais l’avantage c’est que quand on est une fille, le collectif c’est relatif.
  • Un apéro ! Comme quoi on n’oublie pas l’essentiel, l’hydratation. Certains ont se sont plus que bien entrainé sur ce point : bière le jeudi soir, le vendredi soir, bonne soirée le samedi soir…. et (toute) petite sortie à bicyclette le dimanche matin (comprenez, il ne faudrait pas rentrer trop tard non plus)
  • Des soirées où la fatigue est bien là, mais où l’on est quand même heureux d’avoir repoussé ses limites

Bref une belle aventure à refaire, une belle préparation pour la suite !

La vie d’un village expo – typologie des exposants

Dans le petit monde du sport, on retrouve plus ou moins les mêmes marques, donc les mêmes personnes sur les village expo des épreuves. Ou les mêmes types de personnes :

 

l’hôtesse ou celle qui n’a pas compris qu’elle travaille dans le sport 

super bien sapée, talons souvent, maquillage nickel (en début de journée), elle bosse dans un magasin ou dans un bureau le reste de l’année. Elle ne s’y connait pas beaucoup dans le sport en question, mais c’est pas grave car elle présente bien, donc elle est utile pour « capter » les clients.

Sauf que je n’imagine pas l’état de leurs pieds à fin de la journée dans leurs escarpins. Et que leur maquillage n’est plus aussi frais après une journée sous la tente, parfois dans la poussière… Et quand on leur pose une question technique….. il faut la reposer à un collègue à elle ensuite.

 

le beau gosse

il y a toujours un beau gosse sur un village expo… ce qui est plutôt cool quand on se fait ch… sur le stand en attendant le client ! Souvent il représente une marque pour laquelle on aimerait bien travailler (non, pas que pour le beau gosse en question !), souvent ce n’est pas celui qui s’y croit, souvent il gère dans son taf. Et même si on s’en fiche de lui, le beau gosse du salon fait bien passer le temps (visuellement parlant).

 

le râleur

celui-ci n’est jamais content. Soit le client est trop rare, on s’ennuie, soit il y a trop de monde, il ne peut pas gérer. Ou alors le stand est trop cher. Et puis il est mal placé ! Les horaires d’ouverture franchement c’est n’importe quoi. Et dimanche, lorsqu’il pourra enfin se reposer, et bien c’est le jour de course, et tous ces enf…. de sportifs vont se lever à l’aurore et faire un bordel monstre dans l’hôtel…

Le râleur cherche en général à rallier les gens à son état d’agacement, alors il partage !

 

le bavard

lui, au contraire, est SUPER content d’être là ! L’épreuve est géniale, il fait beau, le sport c’est génial ! Alors il discute ! Avec ses clients, ses voisins, les clients de ses voisins, les bénévoles…. bref, à la fin de salon il s’est fait plein de potes ! Question chiffre d’affaire, c’est peut être moins bon, mais c’est pas grave il est content.

 

le sportif qui veut qu’on sache qu’il est sportif

aussi griffé qu’un athlète sponsorisé, l’exposant sportif est quasiment habillé comme s’il allait courir dans l’heure. Il a aussi et surtout des chaussettes / collants de contention, car rester sur un stand toute la journée, il n’y a rien de plus mauvais pour les jambes. L’exposant sportif est aussi très (trop ?) apte à raconter sa vie, sa life, ses expériences de sportif. Aux autres exposants, aux clients, bref à tous ceux qui sont intéressés (ou qui le semblent). Ah oui, l’exposant sportif est souvent blasé aussi.

 

le mec qui s’en fout

employé par une boîte d’événementiel ou salarié d’une entreprise partenaire mais non sportive, il est là par défaut. Le sport, c’est surtout devant la télévision le concernant, donc il ne ressent pas un réel intérêt à être là. Ce qu’il veut surtout c’est passer un weekend pépère, pouvoir faire des pauses cigarettes, pouvoir discuter avec ses connaissances et profiter de l’endroit. Arriver le plus tard possible sans que ça impacte son stand, mais surtout le pas traîner le soir. L’esprit de l’épreuve, il n’arrive pas à le capter. Il prend les sportifs pour des timbrés.Franchement, quel plaisir peut-on trouver à se lever aux aurores, s’entrainer tous les jours ou presque, payer des dizaine d’euros d’inscription pour… ne rien gagner (ou à la limite, un sandwich à l’arrivée) ? Incompréhensible.

The highest and the toughest cyclosportive in the world

Mais encore, « la plus haute et la plus dure cyclosportive au monde ». En y repensant je me dis : punaise, des fois j’ai de drôles d’idées ! Pourquoi avoir lancé un projet de ce genre ? Je ne serai pas payée proportiellement à mes litres de sueur évacués, ni à mon taux d’acide lactique, alors à quoi bon ?

 

Ok je m’explique maintenant : la Haute Route, auto proclamée « la plus haute et la plus dure cyclosportive au monde » donc (merci le service marketing qui vend du rêve – ou pas, c’est selon), m’a contacté, et comme je les trouvais sympathiques et qu’ils ne demandaient pas des choses aberrantes, j’ai dit ok pour un partenariat. On ne s’est pas serré la pince vu qu’on est pas voisins, mais c’est tout comme.

 

Du coup, me voici me voilà devant ma direction à défendre le projet, et après discussions, hésitations, questions… viva Mexico le projet est validé !!

La Haute Route c’est 3 possibilités de réaliser une cyclosportive d’une semaine en haute montagne. 6 étapes à chaque fois, grosso modo 20 000m de dénivelé positif sur la semaine (on est pas à quelques cols prêts après tout). Dolomites, Alpes, Pyrénées (certains feront les 3 à suivre, il paraît…)

Ma réflexion a donc été la suivante : nous sommes partenaires d’une épreuve de renommée (inter ?)nationale, c’est du cyclisme, je pratique le cyclisme, allons-voir par nous même (moi, mes poumons et mon acide lactique) !

 

Ainsi me voici replongée 2 ans en arrière lorsque j’avais décrété que j’allais tenir la boutique sur le village de l’Etape du Tour, rouler l’Etape du Tour, au passage assurer mon rôle de community manager en prenant/postant sur la page Facebook des photos et commentaires genre : PUT.. j’en CH.., et j’en suis qu’au 1er col, BORD… de MER… (ou approchant), et enchaîner par le stand sur l’Acte 2.

 

Sauf que cette année il n’y aura pas 1 mais 2 jours consécutifs sur le vélo…soit au total 7000m de D+… soit l’équivalent d’environ 7 bonnes sorties en terre bretonne… Pour le coup je pense que j’aurai bien le temps de m’imprégner de l’épreuve !!

Ok, je n’ai pas poussé la folie jusqu’au bout, à m’aligner sur toute la Haute Route, mais que voulez-vous, on a besoin de moi au bureau…

 

Me voici donc, motivée comme jamais, prête à aller voir « comment c’est » ! Je vais p’tet bien réserver une place sur une table de massage dès à présent…

 

PS : images de La Clusaz, Roc des Alpes (ben oui, faut bien faire quelques cols en préparation)

 

Retour sur déplacement : le shooting photo

Une fois passé le dur moment de la préparation du départ en déplacement, il est venu le temps des rires et des champs de s’envoler vers un lieu souvent plutôt sympa. Pour nous cette fois c’était Gran Canaries, aux… Canaries.

Partir en shooting photo c’est un peu comme partir en vacances : on quitte Nantes sous la pluie, on débarque à Las Palmas et la première chose que je remarque ce sont les palmiers… mais guère plus car il fait nuit. Néanmoins le taux d’humidité à diminué. (Mais pourquoi je n’ai pas pris le vélo ??)

1932303_10203057958147020_1653507337_n

Dès le lendemain ça commence fort avec le lever de soleil face à la fenêtre baie vitrée + terrasse de la chambre d’hôtel. Et c’est parti pour une semaine de folie à :

  • parcourir l’île en voiture, et croiser toutes les 30 secondes un cycliste…Grrrrr….
  • se dire « tiens c’est sympa ici, on s’arrête prendre quelques clichés » (avec un traileur dessus, c’est plus facile à justifier)
  • ohpala, il est 13h, restau !
  • Aller, on continue, il fait un temps magnifique
  • ohpala, il est 18h, temps de rentrer, on a de la route jusqu’à l’hôtel
  • Aller, un petit tour dans la piscine de l’hôtel ! Oui mais laquelle, il y en a 4… Bon ok ça c’était une problématique de mon chef, pour ma part c’était plus : top chrono, on télécharge les photos, on planifie de l’actu Facebook, on vérifie les mails du bureau…..ah mince, déjà l’heure de manger, j’ai pas finiiiiiiiiiii !!!
  • A table ! Oui mais ça prend du temps, quand il s’agit d’un buffet à volonté …..
  • 23h, ce pourquoi je suis ici : mon éminent rôle de « community manager », est accompli pour la journée, au lit !

Et voilà, au final ce qu’on retient de cette semaine c’est qu’on aurait dû emporter la crème solaire…

1625701_10203057969027292_1523665434_n

Ce séjour m’a aussi permis de vivre une semaine entourée de 2 publics trèèèès différents, l’ultra traileur et l’ultra golfeur, l’hôtel étant en réalité une sorte de Jurassik Park pour les fans du 18 trous.

Caractéristiques du golfeur :

  • aime la bouffe, et ça se voit à l’extérieur. 1 buffet, trois assiettes par personne
  • aime la mode, et en particulier le rose (homme/femme même combat), et le motif losange, voire même le motif losange rose
  • aime le plastique, surtout injecté dans le visage
  • aime les arroseurs automatiques (il faut bien entretenir la belle pelouse, sous ces températures ça ne se fait pas tout seul)
  • aime partir à l’aventure ! Enfin à l’aéroport, le point le plus éloigné de l’hôtel. La voie express y menant est tellement merveilleuse… Sinon on peut aussi rester en sécurité dans le Jurrasik Park avec le gentil vigile à l’entrée.

 

Caractéristiques du traileur :

  • aime la bouffe, mais…. ça ne se voit PAS à l’extérieur. Forcément, puisqu’il connait les informations nutritionnelles de quasiment tous les aliments qu’il ingère. Donc forcément, quand au dessert toi tu prend un gâteau, lui il prend un fruit.
  • aime la mode, enfin surtout la marque qui le sponsorise, et tant pis si c’est rose. Et la couture, il aime aussi, ainsi il adapte, ajuste, allège en permanence.
  • aime pas le plastique. Lui il aime les plantes, la faune, la topographie, la vue. Aller dans des endroits inexplorés. D’ailleurs tu vois le parcours de la course il passe par là, et par ici et monte sur la pointe là…et … et (pas grave si on décroche à un moment, il va nous le redire au moins tous les jours)
  • aime parler de ses aventures. Très intéressantes. Mais très nombreuses. Qui monopolise un peu la conversation. Enfin beaucoup en fait.
  • aime courir, grimper, sauter… libérer le chamois qui sommeille « euh chef, c’est comment niveau assurance si on ne ramène pas tous les athlètes en un seul morçeau ? »
  • aime les autres ultra traileurs, partager les cultures et les langues du monde entier. Voilà comment se mélanger les neurones et parler anglais entre français.

1655952_10203064332106365_814379464_n

Bref, une semaine géniale ou le seul point noir aura donc été de ne pas pouvoir tenter l’ascension des quelques cols sur 2 roues !

 

1958058_10203064324746181_1885915312_n

1779740_10203064348546776_204527867_n

La malédiction du départ en déplacement

 J’apprécie mes collègues, vraiment. J’apprécie également les déplacements, vraiment beaucoup.
Une période que je n’apprécie mais alors, vraiment, vraiment pas du tout, ce sont ces jours juste avant le départ.

Ces jours où, prévoyante que je suis, j’ai déjà tout calé sur ce fameux déplacement, mais qu’il me reste les (heureusement) dossiers plus mineurs qu’il serait bien de traiter avant de partir.

Ces jours où les dossiers qui on traiiiiiiiiné jusqu’à présent se débloquent et qu’il faut clotûrer dans la minute…

Ces jours où les personnes dont on a pas eu de nouvelles depuis des lustres refont surface…

Et enfin, sutout, ces jours où, bizarrement, chaque collègue a son petit quelquechose à me demander. Oh, presque rien, et puis comme ils disent, ils sont « désolés, ma pauvre, tu as sans doute plus urgent à traiter juste avant de partir » ……………………………………………………………………………………………………………………………..
Euh, comment répondre poliment ??? OUI BIEN SUR J’AI 1000 FOIS PLUS URGENT, ALORS POURQUOI TU VIENS ME DEMANDER CA AUJOURD’HUI ???
« Nan, t’inquiète, ça va… »

Ces jours aussi où l’on te dit : « Mais si, rappelle toi, c’était en août l’année dernière, cette demande de partenariat »… bah oui bien sûr ! Rappel, nous sommes fin février…
Et puis surtout, pourquoi grouper ses demandes ? On a 5 infos à prendre, on demande 5 fois, c’est tellement convivial l’échange entre collègues… Je te fouterai de la disponibilité moi

Et le summum du frisotage de moustache, du grand écart entre je l’insulte dans ma tête / je lui souris : « alors, contente de partir ? Ca va, c’est cool ça !! Bonne vacances hein ! ». Euh…chef c’est quoi nos horaires sur place déjà ? 7h30-20h; à oui c’est ça….

Un jour je lancerai l’idée de « vis ma vie de chargée des partenariats : j’échange mon poste avec un autre collègue, pour une journée, pour lui montrer », et là je rigolerai bien !! MOUAAAAAAAHAHAH (je suis stressée moi ? Non…)

Bon en attendant, penser à mettre ses lunettes de soleil et ses running dans la valise… (j’ai dit que j’aimais les déplacements ???)

Typologie des demandes de partenariat

Attention, article sans méchanceté !!

Et voilà, nouvelle année et nouveau calendrier partenariat ! La période de négociation est (théoriquement) close, parce que le budget est clos Cerise a d’autres chats à fouetter maintenant.

 

Être chargée des partenariats, c’est du sport : de la gymnastique pour suivre tous les dossiers en parallèle, du sprint pour répondre à des demandes TRES TRES casse c…. urgentes, de l’endurance pour des dossiers qui traiiiiiiiinent…. et du self control pour répondre poliment aux personnes qui relancent pour la 312ème fois : « Mais nom de dieu si je ne t’ai pas répondu c’est que je peux pas bordel !!! Oui, je suis votre demande, je serai en mesure de vous donner réponse dans quelques jours (penser semaines) »
Mais à côté de cela, être chargée des partenariats permet aussi de se prendre au choix pour :

  • dieu
  • la RH
  • jury d’émission type The Voice

Et rien que ça c’est plutôt sympa !

 

En 3 saisons de « recrutement », j’ai observé plusieurs types de candidats à rejoindre notre team d’athlètes :

- les champions du monde. Enfin, les potentiels champions du monde, parce qu’ils ne le sont pas encore, mais ça ne saurait tarder, avec leur talent tellement énorme. D’ailleurs ils nous font l’honneur de nous demander des produits, pour eux c’est un minimum. Leurs CV mentionnent de multiples victoires….dans leur catégorie (restrictive), sur des courses sans doute très belles mais inconnues de nous. Et…de la plupart des pratiquants, du coup.

Étant donné qu’ils considèrent leur sponsoring comme une évidence, ils demandent une réponse très rapide ! Ben oui, c’est pas comme si j’avais d’autres dossiers non plus.

 

  • les « vrais » champions du monde (ou d’Europe…enfin un truc sympa quoi). Eux, ce sont mes préférés, car plus ils ont de palmarès, plus ils sont modestes, compréhensifs, et moins ils demandent. Et ça paie, puisque du coup je suis beaucoup plus encline à les supporter dans leur demande.
  • Les jeunes. Soutenu par papa – maman. Souvent dépourvus de modestie !
  • ceux qui me demandent « pas grand chose », ou encore appelés des casse c…. Ils sont souvent bien conscients d’être tout à fait chiants, c’est ce qui les excuse ! Mais beaucoup de pas grand chose ça fait beaucoup au final.
  • les agents. Durs en affaires, avec eux c’est souvent long. Et plus c’est long… bon plus c’est long.
  • Les lambdas. Tout à fait conscients de ne pas être des champions, mais d’après eux c’est justement pour cela qu’ils sont intéressants : ils représentent la masse, quelqu’un à qui tout le monde pourrait s’identifier. Oui… mais non. C’est pas vendeur. N’en déplaise à ma mère qui voyait déjà mon père ambassadeur idéal des cyclosportifs cinquantenaires. (Désolé maman)

 

Quand il a candidature, il y a souvent dossier de partenariat. Et parfois c’est drôle plutôt comique ! Cela va de « je raconte ma vie » à « je gère trop en infographie donc je fais une super mise en page » en passant par « je cherche du financement mais je n’ai pas de problème pour envoyer par la Poste des dossiers super quali ».
Mention spéciale aussi (et dieu sait qu’il y en a !) aux candidatures cousues de fautes d’orthographe (et là je ne pense pas à la faute d’accord du subjonctif de l’imparfait sur l’auxiliaire être, mais de la pheaute lymitte conpréansible).

 

Bref, je suis une recruteuse exigeante ! Mais, avant tout, une pratiquante qui ne pourrait sans doute pas réaliser la moité de ce que font les candidats.